De la « Biodiversité Passive » à la « Biodiversité Active »

De la « Biodiversité Passive » à la « Biodiversité Active »

De nos jours le mot « Biodiversité » est tellement utilisé par tous (politiciens, paysagistes, écologistes, associations, particuliers etc…) qu’il devient difficile de savoir ce que ce mot définit et surtout quelles actions se cachent derrière.

La biodiversité, contraction de biologique et de diversité, représente la diversité des êtres vivants et des écosystèmes : la faune, la flore, les bactéries, les milieux mais aussi les races, les gènes et les variétés domestiques. Nous autres, humains appartenons à une espèce – Homo sapiens – qui constitue l’un des maillons de cette diversité biologique.

Mais la biodiversité va au-delà de la variété du vivant ! Cette notion intègre les interactions qui existent entre les différents organismes précités, tout comme les interactions entre ces organismes et leurs milieux de vie. D’où sa complexité et sa richesse.

Source : http://www.developpement-durable.gouv.fr/-La-biodiversite,4247-.html

Voilà une définition que j’apprécie car elle intègre l’être humain. D’autres définitions existent mais ne mentionnent pas toujours l’homme comme faisant partie intégrante de la définition de ce mot.

Ce que je nomme « Biodiversité Passive » est la mise en place d’actions n’ayant qu’une ou deux fonctionnalités. En permaculture on dit que :

Tout élément a plusieurs fonctions et qu’une fonction est supportée par plusieurs éléments

L’exemple le plus parlant dans la « Biodiversité Passive » est la mise en place dans les entreprises de prairie fleurie. Comme j’ai pu l’entendre lors d’une réunion, la prairie fleurie n’est visuellement plaisante qu’une partie de l’année. La mise en place d’arbre dans les espaces verts des sociétés fait également partie de la biodiversité passive.

Bien que les prairies fleuries peuvent également servir de foin, dans la plupart des cas ce foin est un élément sortant de votre entreprise alors qu’il pourrait servir sur place.

Toujours dans l’esprit de la permaculture, il est essentiel de limiter les entrants et les sortants. La biodiversité passive limite donc les interactions sur le lieu de votre société. Ces interactions sont aussi bien entre les éléments extérieurs qu’intérieurs. Reprenons l’exemple de la prairie fleurie dans votre société : quelles sont les interactions avec les autres éléments qui constituent votre entreprise et notamment vos salariés, que faites-vous des tontes de cette prairie ? Des feuilles mortes de vos arbres ? Des déchets verts de vos cantines ?

Comment passer de cette biodiversité passive vers une biodiversité active ?

Si vos arbres n’apportent que peu  de fonctionnalités, vous pouvez les remplacer par des arbres fruitiers qui, comme tout arbre, vous apporteront des feuilles mortes, vous pourrez en récolter des fruits, privilégier le développement des abeilles à toute les périodes de l’année. Profitez de cet espace pour planter des noisetiers qui sont formidable pour les raisons suivantes :

  • C’est l’un des premiers arbres qui fleurit à la fin de l’hiver et permet aux abeilles d’avoir de la nourriture très tôt dans l’année
  • C’est un arbre qui ne demande aucun entretien ou traitement
  • C’est un arbre qui vous apporte des longues branches pouvant vous servir de tuteurs ou réaliser des bordures très tendance en ce moment
  • Et il vous apporte également des noisettes qui sont des fruits secs pouvant être conservés plusieurs mois et très bons pour la santé (aide à baisser le cholestérol par exemple)

Si vous deviez supprimer des arbres n’ayant que peu de fonctionnalités, hors mis celle de décorer vos extérieurs, ne jeter pas le bois car il pourrait servir par exemple pour la réalisation de bordures dans un potager d’entreprise, il pourrait aussi être utilisé pour la création de buttes auto fertiles.

Je ne dis pas non plus d’éliminer les prairies fleuries car elles ont des utilités intéressantes par exemple pour nos amies les abeilles, les papillons, les coccinelles, qui sont très importantes dans un jardin comestible. Mais en plus elles permettent d’améliorer la pollinisation de vos légumes. Elles apportent aussi un paillage pour votre terre ; car une terre ne doit jamais rester nue. Dans le contexte d’une « Biodiversité active » la prairie fleurie est très intéressante si on y ajoute par exemple un potager d’entreprise.

Les espaces où vous plantez des rosiers ne sont pas actifs s’ils ne servent que d’ornement. Vous pouvez cultiver au milieu des oignons qui, si vous ne les récoltez pas, feront de très belles fleurs bleues violettes qui apporteront des touches de couleurs au milieu de vos roses. Plantez des herbes aromatiques que vos salariés pourront emporter le soir chez eux.

Si vous avez des emplacements un peu marécageux, profitez-en pour y mettre une mare et favoriser la biodiversité de votre lieu. Pour que cette mare soit active et non passive, vous pouvez y ajouter des poissons comestibles, des plantes aquatiques comestibles comme les Châtaigne d’eau, cresson de fontaine …, en plus cette mare vous permettra d’arroser votre jardin comestible.

Dernier exemple dans la mise en place d’une biodiversité active, remplacer vos buissons par des plans de baies comestibles (framboisier, groseilles, caseilleetc…)  si vous souhaitez mettre une haie défensive pour sécuriser un lieu vous pouvez y mettre des groseilles maquereaux.

Au début de cet article je vous parlais de placer l’humain dans cette biodiversité. L’interaction entre l’homme et l’espace naturel extérieur de vos entreprises est un des éléments centraux de ce passage à un mode actif. Les hommes et les femmes de votre entreprise pourront profiter d’un extérieur agréable, pourront déstresser et donc améliorer leurs performances sur leur lieu de travail.

Je peux vous accompagner dans cette transition d’une biodiversité passive vers une biodiversité active.

Contact : contact@plantoburo.com

Site internet : http://plantoburo.com

Comments are closed.